Mouse Guard: What You Fight For

Fin

Lockhaven, comme se termine 1153

L’automne s’était écoulée vers un hiver qui s’installait décisivement, son froid mordant et quelques averses de neige ne laissant que peu de répit aux souris occupés à une guerre sans retour malgré son tempo lent et pondéré. À chaque coup, une parade, à chaque feinte, un contre-coup. Certaines souris s’illustrèrent lors de diversese situations, mais on savait bien que c’est au solstice d’hiver que culminerait la guerre, tel qu’il en avait été décidé par Godwin il y a maintenant longtemps.

À quelques jours, un envoi de belettes, accompagné d’un détachement entier, vint à Lockhaven annoncer l’arrivée de la Reine Narua et de sa suite, venue pour récupérer Negash en combat singulier de celui qui l’avait gagné. La guerre des belettes, menée après un régicide non-provoqué des souris, n’était pas à l’enjeu du duel, mais tous savaient à quel point un combat entre champions de deux camps peut colorer rapidement une perspective de guerre.

- Notre Reine, à qui il revenait de choisir l’endroit exact, a décidé qu’une construction non loin d’ici, ce qui semble être un cercle de pierre autour d’une obélisque sera le théâtre de l’affrontement. Elle sera accompagnée de son cousin et d’une paire de gardes en guise de témoins, à vous d’envoyer les représentants que vous jugez nécessaires.

La veille du duel, Kieron se receuillit dans sa chambre, ne demandant que plume et papier pour plancher frénétiquement toute la soirée et une bonne partie de la nuit sur un manuscrit de plusieurs page, illustré de diagrammes et de citations. La tension était vive entre les armées maintenant encampées, comme une corde d’arc, mais tant qu’aucune flèche n’était décochée tous respecteraient le décorum de cet événement important. Les belettes, semblaient faire preuve d’honneur, du moins de plus d’honneur que certains de leurs représentants récents. Il avait demandé conseil à Melchior, qui avait refusé de le conseiller contre une combattante qu’il estimait honorable.

La pierre réchauffée par le soleil avait fait fondre la neige sur le site du duel, et on aurait presque cru que le printemps était à nos portes. L’endroit était calme, serein, et le soleil entrait par une grande arche de pierre pour venir frapper directement l’obélisque en son centre. L’endroit était un ancien site sacré des souris, resté vénérable mais tombé en désuétude. Il marquait les saisons, et le mur de pierre qui l’entourait était en débris à certains endroits.

Kieron, accompagné de Godwin, Edan, Calum et Aeren, ôtait le long manteau qui le calfeutrait, et voyant sa vis-à-vis prète à en découdre, avec sa très longue épée effilée, serra les dents et se jeta à corps perdu dans le duel. Les coups et les taillardes volaient en tout sens, mordant à l’occasion, e la souris courageuse tenait très bien son terrain… aurait-il cru voir la reine faiblir sous un coup?

Le combat battait son plein, lorsqu’Aubrey apparût au détour de la colline, blessée et tenant son flanc d’une patte maculée de sang frais. Calum se lança vers elle, et c’est avec un soupir de soulagement qu’elle s’abandonna aux bras de Calum et lui livra son message.

- Une énorme armée de belettes vient se joindre au détachement de la reine… ils vont sûrement attaquer.

On dépêcha Aeren porter le message à Lockhaven, à peu près au même moment où on remarqua que le cousin de la reine n’était plus vu nulle part. Les gardes disparurent peu après, et la patrouille avait déjà sorti ses armes pour se méfier lorsque Menon fit irruption, faisant fi des traditions dans le déhonneur qui ne suprenait plus personne désormais.

- C’est un putsch, dit Edan d’un seul souffle en déguainant les mandibules du Scolopendre

C’est dans un cri de rage à peine contenu que Menon se lança sur sa souveraine, avec l’intention incontestable d’achever ce que Kieron avait si bien commencé. Alors que le reste de la patrouille prenait action, comprenant bien qu’ils ne pouvaient rester immobiles devant la scène, une pluie d’épines s’abbatit sur le groupe, et sol et racines se retournèrent contre eux. C’était Afshin, qui supportait son maître avec une dévotion fanatique et une lueur dangereuse dans les yeux. Le sol tremblait sous sa sorcellerie, et Godwin essuya plusieurs écorchures et plaies des plantes environnantes devenues hostiles, alors que les flèches étaient devenue comme brindilles devant la peau du shaman ayant pris des reflets de pierre.

Le sang giclait avec fureur, et c’est dans un grand bruit de tonnerre et sur le râlement final d’Afshin qu’un énorme craquement se fit entendre, juste avant que l’obélisque ne s’abatte sur les combattants. Les souris purent s’éclipser juste à temps, mais la dernière image qu’on eut avant le choc était de la reine et du traître, empalés sur leurs armes respectives, les belettes rendues folles par la traîtrise et le fanatisme, la haine s’exprimant sous leurs traits. On ne peut sortir des décombres que le casque de Menon, et l’épée brisée de Narua.

Le calme revint soudainement sur le lieu de culte, témoin de la gravité des événements.

Le retour en trombe des souris vers les campements mit fin aux échauffourées qui avaient déjà commencé à se produire, surtout lorsque Kieron brandit le casque du général et l’épée brisée. La bataille se résorba dans une clameur, puis un murmure stupéfait, et enfin en un silence de mort. Un second cousin de la reine, qui n’avait jamais envisagé devoir diriger avant longtemps, se retrouva à organiser le retrait de l’armée en territoire belettes. Pour de bon: l’élan des belettes était cassé, leur leadership décimé.

Ainsi se termina la seconde guerre entre les belettes et les souris, au solstice d’hiver 1153.

Comments

Une finale épique pour une campagne épique! Merci encore!

Fin
LexMajor

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.