Mouse Guard: What You Fight For

Histoire de guerre: Calum

Le déracinement d'un village

Les monts et vallées se succédaient sur la route que Calum connaissait désormais très bien de Sprucetuck. Une route sans encombre majeure, le temps pressait bien sûr, les souris étaient en guerre après tout, mais le barde n’était porteur que d’instructions supplémentaires pour Sprucetuck… ravitaillements, coordination des troupes, bref aussi et surtout rappeler à l’alliance nascente de la ville rebelle à la Garde qu’ils participaient désormais étroitement à l’effort de guerre. De la politique, pensa-t-il avec un soupir.

Avec une demie-journée de marche à faire encore, Calum décida de prendre un raccourci moins fréquenté mais qui ne serait pas beaucoup plus difficile pour un habitué du voyage comme lui. Ce qu’il vit au détour d’un rocher le stoppa net: un village entier avait été déplacé, et vivait maintenant sous ses yeux dans un camp de réfugié improvisé. Il s’approcha, et la scène était désolante… brancards, blessés parsemaient des tentes montées au bric-à-brac. Sa cape lui donnait naturellement un air d’autorité, et il repéra sans peine l’aînée du village, une souris plus âgée nommée Autumn, qui lui raconta l’histoire de leur fuite:
- Nous venons de Riverreed, et un détachement de belettes s’est abattu un jour sur notre village sans crier gare. Notre milice a été envoyée à Pebblebrook et n’était pas encore revenue, nous avons dû fuir devant l’avancée. Une Guardsmice est venue nous aider, elle n’avait pas bon caractère mais a tenu tête aux belettes de son mieux, mais nous avons perdu sa trace.
Elle baissa le regard, ne laissant aucun doute sur la tristesse qui l’animait.
- … nous avons perdu sa trace et ne l’avons pas revu. Nous avons cheminé comme nous pouvions, mais le village est exténué, nous n’irons pas plus loin.
Calum savait très bien ce qu’impliquaient les lois de la nature: lorsqu’on reste immobile, c’est la mort assurée.
- Vous devez absolument bouger. Sprucetuck n’est plus très loin, il vous faut absolument pousser. Rassemblez le village devant le feu ce soir, j’essaierai de les convaincre.
Personne n’était dupe du message derrière la ballade qu’il chanta ce soir-là, mais la lente mélopée était malgré tout efficace… distillant le courage de chacun, qui se retrouvèrent malgré eux à entonner le refrain qui parlait de long voyage et de terre promise avec force et vigueur. La partie était gagnée pour Calum, ils partirent le lendemain, traînant les blessés.

La lune de miel fut de courte durée: à peine avaient-ils commencé le chemin qu’un énorme oiseau carnassier s’abattit devant eux.
- Vous ne passerez pas, à moins de me donner trois de vos compatriotes. Plusieurs sont blessés et ne survivront pas le chemin, vous devriez chercher à ne pas compliquer les choses.
L’oeil peu entraîné à la chose de Calum ne remarqua pas que plumage de la buse était décharné, et sa teinte grisâtre… si elle menaçait, c’est qu’elle n’avait que peu d’énergie pour prendre ce qu’elle désirait.
- Soit, mais ce sera à nos conditions, buse… tu devras prendre ton dû un peu plus loin, nous ne te faisons pas confiance.
Recourant à ses pouvoirs d’illusion, chantant un hymne à la tromperie et au désir illusoire, il lui fit croire que des souris étaient mises au sacrifice un peu plus loin, sur un rocher à l’orée de la forêt. L’oiseau se fit berner, et cria de rage lorsqu’il s’aperçut de la supercherie.

Ce fut une cavalcade pour atteindre Sprucetuck, et la buse emporta le vieux Thom (on raconta qu’il se serait arrêté volontairement pour être saisi par la buse plutôt qu’un souriceau tout près de lui), mais l’histoire racontera que les pertes furent bien minimes face à ce qu’elles auraient pu être.

Comments

LexMajor

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.