Mouse Guard: What You Fight For

Appâts

Copperwood, automne 1153

Le temps est à la réflexion pour la patrouille, qui est au croisement de plusieurs voies s’offrant à eux. Comment peuvent-ils découvrir le pot au roses sur cette conspiration qui se trame? Kieron confère avec Erard, et son mentor est amusé après une remarque
- Il est essentiel que vous découvriez qui est en cause, je suis à court de mes propres ressources.
- Je te trouve à la fois bien curieux et justement plein de ressources, pour un vieil apiaire désinvolte, Erard.
- Tu es devenu bien perspicace dernièrement, Kieron… il était temps que tu te poses tout ça. Oui, j’ai gardé intérêt et contacts.

Godwin, lui, va droit au but après avoir vendu son idée au reste de sa patrouille: il faut remonter la piste “par l’autre côté”, c’est à dire par Copperwood, où on soupçonne le maire Firth d’avoir été le destinataire de la lettre interceptée. Il s’en va quérir la permission de Rand, qu’il obtient, ainsi que des lapins pour les emmener à destination.

La conversation porte soudainement sur la succession de la Matriarche, et Rand avoue que son choix dépendra grandement de l’état des choses: en cas de guerre avérée avec les Belettes, une Matriarche plus “guerrière” (comme Annika?) serait probablement un choix plus judicieux. D’ailleurs, Godwin a un trait de génie en proposant qu’Annika soit envoyée chercher la patrouille manquante; ça lui changera les idées, elle qui fulmine dernièrement.

Edan approche Bertom pour un peu d’information sur le voyage, et ce denrier dit qu’il enverra mot à ses contacts à Copperwood pour les aider, et en profite pour “passer une commande” d’une cargaison à rapporter de la ville minière. Le même sujet de la succession ressort, et Annika serait le choix de Bertom… pour que ses affaires prospèrent…

C’est sur l’accent chantant d’Edan discutant avec son lagomorphe que la troupe s’en va à Copperwood (via Ivydale), où ils arrivent une fois la nuit tombée et la ville fermée. Les gardes à la porte sont de marbres, raillant visiblement la “main tendue de Lockhaven” à leur endroit, et les faisant interminablement patienter à la porte de la ville. Edan n’emprunte pas le même chemin et se faufile acrobatiquement par les puits de lumière de la ville, confondant la garde.

Godwin, Kieron et Calum sont finalement admis dans la ville, sous l’oeil vigilant et surtout méfiant de la milice (c’est Melchior qui le dit à Kieron), et trouveront une auberge pour passer la soirée en attendant leur audience avec le maire. Calum “tâte le pouls” de la ville à force de chansons, qui s’avère à être chargé d’une ambiance assez chargée, sur le bord de déclarer la sécession d’une façon similaire Sprucetuck. Il y devine même une volonté de l’élite de la ville d’aller en ce sens.

Edan, quant à lui, réussit à entrer en contact avec les Whiskers (qui ont toujours leur museau dans tout), et c’est un cul-de-jatte borgne qui lui donne une lettre signée du “A” d’Aubrey, fixant rendez-vous dans des tunnels convertis en égoûts, pour le lendemain midi. Il lui confie aussi le paquet destiné à Bertom.

Le lendemain arrive rapidement, et l’entente est prise d’aller chez le maire mais de laisser Edan “faire son affaire”. On les reçoit froidement mais courtoisement, et c’est dans son bureau que Godwin rencontre Firth, le maire de Copperwood. La discussion tourne aux référence au père de celui-ci, et qui malgré son sens des affaires était tout de même loyal à la Mouse Guard (à qui il a vendu des chandelles pendant la guerre).

Pendant qu’ils lui parlent, il y a un bruit fracassant dans l’étude voisine du bureau du maire… ils y vont et trouvent une fenêtre ouverte (avec un Edan accroché dessous), un pot de fleur fracassé et un coléoptère quelconque, mais remarquent que les tiroirs ont été fouillés. S’ensuit un quiproquo où Godwin doit mentir à Firth et ne réussit pas vraiment à le convaincre (ce que Calum a très bien fait un instant auparavant après avoir vu Edan sous la fenêtre). Ils se font mettre dehors du bureau avec une confirmation claire si ce n’est que non-dite que Copperwood ne croit plus en la Garde.

Ils décortiquent la correspondance volée par Edan, et y découvrent trois faits: 1) c’est bel et bien la conspiration qu’ils redoutaient, et d’autre villages comme Sandmason et Pebblebrook en font partie, 2) Les belettes ont été mises sur le pied de guerre, ce que n’avaient pas prévu les conspirateurs, et l’armée Belette bouge rapidement sur Sprucetuck, et 3) le fameux contact de Lockhaven mentionne: “elle veut aussi la souveraineté de Lockhaven, qui ne devra plus dépendre des autres villes et villages, quitte à en annexer quelques-un”. Tout devient clair: c’est Lendra qui les a persuadé de ne pas dévoiler l’espion au grand jour, et encore une fois elle qui arguait de laisser toute sa “latitude” à Sprucetuck. Godwin reconnaît la traîtrise de Lendra, si ce n’est envers la Garde elle-même, du moins envers ses idéaux.

Ils vont au rendez-vous, où les attend Xavier qui est un sous-fifre des Whiskers, des … Rats (Féraux!), et… quelque chose dans l’eau. C’est un piège! Leurs adversaires s’empressent de fermer de lourdes grilles qui les emprisonnent (ce qui est clairement leur but). Edan réussit à se glisser hors de la trappe et à s’occuper de Xavier. Il pourront quitter ensuite par un tuyau, ce qui leur fera perdre un peu de temps (mais pas autant que s’ils avaient dû “passer à travers” la grille). Fait amusant: ils auront trouvé un véritable trésor dans une caisse.

Lorsqu’Edan ouvre le paquet destiné à Bertom, il se dit que la poudre à canon qu’il contient aurait pu être très utile pour se débarasser des grilles…

Comments

LexMajor

I'm sorry, but we no longer support this web browser. Please upgrade your browser or install Chrome or Firefox to enjoy the full functionality of this site.